Café Chulo Accueil » Qui sommes-nous ? » Nos valeurs, notre mission

Nos valeurs, notre mission

Bien plus qu’un produit de qualité, le café de spécialité est toute une éthique. Elle comprend un jeu de principes et de valeurs essentielles qui se transmettent d’un bout à l’autre de la chaîne, du producteur au consommateur.

Notre passion pour le café de spécialité est indissociable de notre engagement pour ces valeurs. Tant que possible, nous sélectionnons nos partenaires par leur capacité à les comprendre et à les respecter. 

Traçabilité et transparence

De la graine à la tasse, nous favorisons la connaissance de la filière complète : producteurs, fermes, coopératives, exportateurs, importateurs, transporteurs, jusqu’à nous, torréfacteurs.

Nous exigeons de chaque intermédiaire un maximum d’information et de transparence, et nous les interrogeons sur leurs procédés et leurs valeurs pour s’assurer qu’ils soient en cohérence avec les notres.

Commerce équitable

Le prix auquel nous achetons le café n’est pas fixé en bourse. Le prix est fixé par le producteur ou la coopérative, et nous nous assurons que les tous les intervenants sont correctement rémunérés, jusqu’aux employés de la ferme travaillant à l’exploitation et à la récolte.

Nous souhaitons lutter essentiellement contre le travail infantile, l’illetrisme, la malnutrition, les violences faites aux femmes et les grossesses infantiles. Assurer des conditions de travail et une rémunération convenable aux ouvriers, c’est permettre la scolarisation des enfants, donner accès à des soins médicaux, et à une alimentation suffisante et de meileure qualité.

Nous avons choisi de concentrer nos efforts sur le Guatemala car c’est un pays que nous connaissons bien et que nous aimons. Nous connaissons les terroirs, les producteurs, coopératives, associations et exportateurs. Nous communiquons avec eux pour véhiculer nos valeurs, et travaillons avec eux pour améliorer l’efficacité de notre impact.

Politique de lutte contre la travail infantile. Asociación Chajulense. Photo © Jérôme Alexandre.

Développement durable

Prenez soin de l’Homme, il prendra soin de la nature.
Le développement durable social, économique et environnemental est l’aboutissement des deux premiers principes.
En réduisant les inégalités, en améliorant les conditions de travail, la qualité de vie et l’éducation. Non seulement pour les producteurs mais aussi pour l’ensemble de la commauté. Les Hommes contribueront au long terme à un meilleur environnement.

Les Labels

Fair Trade (commerce équitable), Bio, UTZ, Rainforest Alliance, etc. Les labels sont nombreux, et il est difficile de placer sa confiance dans l’un plutôt qu’un autre.

Au delà du label, il faut regarder la réalité du terrain au quotidien : la vie des hommes et de la nature, et prendre en compte le contexte économique, social et environnemental dans son ensemble.

Bio ou pas Bio ?

La plupart des labels ont des contraintes et des coûts très lourds, souvent en décalage par rapport à la réalité des moyens et resources des producteurs. Le bio est un de ces labels notamment.

Les producteurs avec lesquels nous travaillons comprennent les enjeux humains et environnementaux, et travaillent avec les moyens à leur portée.

Avant la conformité et l’obtention d’une certification, il y a tout le travail en amont : la connaissance, la formation, la mise en oeuvre, le maintien des standards de qualité. Et puis il y a les imprévus : tempêtes et autres caprices climatiques (sécheresses ou abondance de pluies), tremblements de terres et autres catastrophes naturelles, et bien sûr les parasites (insectes, bactéries, champignons, etc.).

Au final, rien ne remplace la relation directe. C’est aussi pour cela que nous souhaitons nous concentrer sur un nombre limité d’origines et de producteurs. Nous entendons ainsi renforcer les liens et la confiance dans le respect de nos valeurs.

Coopérative bio, Chajul, Quiché. Photo © Jérôme Alexandre.
École Rainforest Alliance, Finca La Bolsa, Huehuetenango, Guatemala. Photo © Jérôme Alexandre.

En savoir plus

Classes politiques et industrielles corrompues, narcotrafic, morale religieuse rétrograde et hypocrite accablent les guatémaltèques au quotidien et les maintiennent dans une misère bien contrôlée.

Ironiquement, si les États-Unis d’Amérique en sont très largement responsables du fait des conséquences du génocide indigène (plus connu sous le nom de « guerre civile » qui a fait officiellement plus de 200 000 morts  entre 1954 et 1996),  ce sont également eux qui observent le mieux la situation et en rendent compte.

Le ministère étasunien du travail possède un bureau international des affaires du travail qui publie un rapport annuel sur le Guatemala.

USAID organise un laboratoire et un système d’aides tournées vers le Guatemala, et publie des rapports notamment sur la santé et la nutrition.

Et nous, on fait quoi ?

Nous sommes très vigilents au quotidien sur l’impact de notre activité et de notre commerce.

Nous limitons au maximum notre consommation d’énergie. Pas de lumière inutile, peu de chauffage (Oliver a froid !), planification de notre consommation énergétique (chauffage, cuisson, torréfaction…). Notre énergie est verte, selon EDF… (!)

Nous n’avons aucune attirance pour la technologie et les gadgets, nous nous limitons au strict nécessaire. Les mots d’ordre sont simplicité et minimalisme.

Nous limitons les emballages, nous privilégions les circuits courts et les modes de déplacement doux.

Malgré nos prix bien en dessous du marché du café de spécialité en France, nous encourageaons le vrac avec une véritable réduction sur le prix (jusqu’à 12% de réduction par rapport aux sachets).

Nous avons aménagé notre atelier à 90% en achats de seconde main, matériaux et matériels recyclés ou réutilisés, et artisanat local. Nous recommandons d’ailleurs les services de Christian Laynaud de Concept Industrie Artisan, et de Delta Bois.

Nous trions et valorisons nos déchets, et nous donnons notre marc de café aux Jardins de Maurice.

Nous donnons du café aux Centre d’Action Social / Restos du Coeur de Fontaine, et nous nous impliquons dans la vie sociale de Fontaine, notre commune.

Nous remercions tous nos clients qui nous ont fait confiance dès la première heure et qui nous permettent de vivre de notre passion dans le respect  de nos principes et nos valeurs; et d’en faire profiter le Guatemala et les pays producteurs.

La récolte dans une plantation à Antigua Guatemala. Toute la famille, toutes les générations contribuent... Photo © Jérôme Alexandre.